Foyer St Louis – prise de position de Lucie d’Apote et Pierre Schweitzer

Ce n’est pas tout d’avoir un cœur… encore faut-il qu’il batte !

 

« Quand j’étais gosse, nous disait un Robertsauvien de naissance, on faisait plein de fêtes au foyer Saint Louis mais les paroisses à l’époque étaient plus dynamiques car les fidèles étaient plus proches de l’église et plus pratiquants : baptêmes, communions, mariages, etc. Je ne devrais pas dire ça car je suis attaché à ce lieu et je défends sa préservation… je suis même un peu nostalgique mais faut avouer que cela fait des années qu’il ne s’y passe plus grand- chose ».

Qu’on soit « attaché » à ce lieu, nous le comprenons très bien mais s’agit-il de préserver la bâtisse à proprement parlé (Eugène Sigrist, 1910-12 ou l’emplacement historique et stratégique du foyer?

Si la volonté de l’association “un Coeur pour la Robertsau” est de défendre la bâtisse et son histoire, elle peut le faire par une demande d’inscription de l’édifice à l’inventaire au titre de son caractère historique, avec l’éventuel appui de la Ville. Celle-ci serait instruite par la Commission régionale du patrimoine et des sites. Sans démagogie et de manière pragmatique, si la démarche nous parait légitime, nul ne peut préjuger de la décision d’un classement éventuel.

Concernant la deuxième hypothèse, nous avons une proposition à vous soumettre dans laquelle, tout le monde, à notre sens, pourrait se retrouver.
Dans notre programme nous préconisons de donner un souffle nouveau à cette place identifiée comme le cœur de la Robertsau et de pallier à la Robertsau au manque de lieux de culture et de fête. La place du Corps de Garde ré-aménagée affirmerait son statut de place centrale, de vraie “place publique” : traitement de sol spécifique (pavés), mobilier urbain, plantations en lien avec le cimetière et les arbres existants. Le parking pourrait être accessible qu’aux jours et heures ouvrables, permettant ainsi aux jeunes notamment de s’y retrouver le soir et d’y organiser des fêtes du quartier.

Nous proposons que le projet immobilier se développe autour d’un collectif réunissant notamment habitants, paroisse catholique, Ville de Strasbourg et l’ICADE dans le cadre, pourquoi pas, d’une SCIC, société coopérative d’intérêt collectif.
Ainsi, il pourrait être décidé d’un rez-de chaussée de plain-pied avec de beaux volumes pour accueillir des manifestations culturelles telles qu’expositions d’art, conférences, performances, etc. mais aussi des fêtes.
Au-dessus, le promoteur aurait le loisir de développer un programme immobilier, condition étant que la programmation immobilière et le projet architectural soient décidés collectivement.

Ce nouveau lieu de culture robertsauvien pourrait être re-bapitisé en se référant à son histoire … “Espace culturel Saint-Louis” ?

Pierre Schweitzer et Lucie D’Apote
I.D.É.E.S – Indépendants, démocrates, écologistes, européens et solidaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *